24-25 octobre 2020

Denez Prigent

Biographie

Denez est né en Bretagne, en Pays de Léon, près de Roscoff et de l'île de Batz le 17 février 1966.

Son enfance est marquée par ses promenades dans ses paysages sauvages, le long des grèves parsemées de rochers impressionnants, l'Île de Batz à l'horizon. La beauté de ces paysages suscitent chez lui l'envie de dessiner, de peindre. C'est dans ce lieu également que Denez entend parler breton, il est émerveillé par les sonorités de cette langue et il s'y intéresse.

A l'adolescence, il fait des rencontres déterminantes cette fois-ci avec des chanteurs. Jacques Brel le bouleverse, à travers les albums et les images de concerts : sa voix, son énergie sur scène entrent en résonance avec ses ressentis.  A la même époque, il assiste à une des prestations des trois sœurs Goadec ; les chants très anciens qu'elles interprètent ce jour-là provoquent en lui une émotion si intense qu'il décide de chanter en breton. Denez commence à chanter en public dans les festoù-noz.

Il poursuit un cursus universitaire en Arts Plastiques à Rennes tout en continuant ses études de la langue bretonne dans le Département Celtique de cette Université.

C'est alors que Denez fait une rencontre déterminante, il rencontre Stéphanie Pontfilly celle qui deviendra plus tard son épouse et manager, elle-même étudiante en 5ème année à l'Université de Lettres.

En 1992, Denez bouscule tous les clichés en acceptant le pari de chanter seul a cappella des chants traditionnels (Gwerz et Kan ha Diskan) aux Transmusicales de Rennes devant un public Rock. Son concert est un triomphe et lui ouvre les portes des grandes rencontres musicales telles, le Festival Coup de Coeur Francophone au Québec (1994) ou Euromusica au Portugal (1995) ...

Après le succès de son premier album a cappella Ar gouriz koar (1993) Denez sort son deuxième album Me ’zalc’h ennon ur fulenn aour (1997) dans lequel il collabore avec Arnaud Rebotini (César 2017 de la meilleure musique de film pour 120 battements par minute) un des musiciens les plus avant-garde de la scène électronique française ainsi qu'avec des musiciens venant de diverses musiques traditionnelles. Ce disque encensé par la presse généraliste et spécialisée est l’un des premiers à avoir osé et réussi le mariage entre chant et musique électronique nouvelle : " Son exigence et son formalisme en font le seul à avoir réellement abouti." (Le Monde Juin 1999). S'ensuivent de nombreux concerts : Le Paléo Festival de Nyon en Suisse (1998), Les Francofolies de La Rochelle (1999), La Cigale à Paris (1999), Les Vieilles Charrues à Carhaix (1999), Le Bataclan à Paris (2000) ... Son troisième album Irvi (2000) réaffirme cette volonté de rencontre. Le chanteur, sans à priori musical, suit ses envies. Si quelques-unes de ses compositions montrent toujours son attachement profond à ses origines, les autres propulsent l’auditeur vers d’autres terres, et évoquent l’Orient, l’Irlande, ou empruntent directement au chant liturgique, au Trip Hop ou à l’improvisation vocale issue du Jazz. C’est l’occasion pour lui d’inviter ceux qui ont le plus marqué sa sensibilité comme Davy Spillane maître incontesté du uilleann pipe moderne ou Louis Sclavis une des figures les plus importantes du Jazz européen.

En 2001, le réalisateur britannique Ridley Scott (Gladiator, Alien) et le compositeur Hans Zimmer (Rain Man, Pirates des Caraïbes), conquis par la voix de Denez, intègrent Gortoz a ran une de ses compositions chantée en duo avec Lisa Gerrard, dans la B.O. du film américain Black Hawk Down (La Chute du Faucon Noir), récompensé par deux Oscars. La même année, Denez est sollicité par le compositeur français Yvan Cassar pour participer à la B.O. du film documentaire L'Odyssée de l'Espèce réalisé par Jacques Malaterre. Il écrit deux chansons Migration et Au bout du monde dont il co-compose la musique avec Yvan Cassar.

En 2002 Denez sort l’album live Holl-a-gevret enregistré au Festival Interceltique de Lorient avec le Bagad Roñsed Mor de Locoal-Mendon.

Denez dans son cinquième album Sarac’h (2003) fait appel à quelques-unes des plus grandes voix féminines du monde : Lisa Gerrard (Dead Can Dance), Yanka Rupkina (la soliste du Mystère des Voix Bulgares), Karen Matheson (Capercaillie), Marie Boine, Louise Ebrel… Depuis, Denez s’est produit au Stade de France (2003), aux Transmusicales de Rennes (2003), au Théâtre de la Ville de Paris (2004), au Stimmen Festival en Allemagne (2004), à la Filature Scène Nationale de Mulhouse (2004), au Festival Celtic Connexion en Ecosse (2004), au Fanal Scène Nationale de Saint-Nazaire (2004), au Festival Trans en Chine de Pékin (2005), au Vestfold Festspillene en Norvège (2005), au Festival Mitte Europa en République Tchèque (2006), au Théâtre Rozrywki en Pologne (2007), au Théâtre Antique de Vienne (2008), à l’Equinoxe Scène Nationale de Châteauroux (2008), au Théâtre Anne de Bretagne Scène Nationale de Vannes (2009), à l’Espacio Cultural Caja Canarias aux Iles Canaries (2009), à La Halle au Château à Delémont en Suisse (2010), à la Salle des Musiques Actuelles La Carène à Brest (2011), au Festival Interceltique de Lorient (2011), à La Passerelle Scène Nationale de Saint-Brieuc (2012), au Festival Eurofonik à la Cité des Congrès à Nantes (2012), au Festival « A Fleur de Peau » à Carmaux (2013), au Festival de Cornouaille (2014), au Théâtre National de Bretagne à Rennes (2015), au festival « Les Vieilles Charrues » à Carhaix (2016), au Paléo Festival à Nyon en Suisse (2016),...

En 2011, la grande chanteuse soprano australienne Greta Bradman reprend le titre Gortoz a ran composé par Denez sur son album Grace (Sony Music) sur lequel figurent également Haendel, Caccini, Elton John, ...

En 2012, le réalisateur français Olivier Dahan (La Môme récompensé par deux Oscars et un Golden Globe) et le compositeur Guillaume Roussel incluent la chanson de Denez Gortoz a ran dans la B.O. du film Les Seigneurs.

En 2015, Denez sort son sixième album Ul liorzh vurzhudus - An enchanting garden.  Tout acoustique et entièrement constitué par ses compositions (paroles et musique) il est unanimement salué par la critique et reçoit l'adhésion d'un large public. 

Quelques mois après sa sortie, un CD de quatre titres remixés par James Digger accompagne l'album avec pour invité Masta Ace, une des figures emblématiques du rap américain et référence, entre autres, de Eminem.

En 2016, Denez se voit décerner par les Rencontres Poétiques Internationales de Bretagne parrainées par l'UNESCO, le prix IMRAM de la poésie pour l'ensemble de son œuvre en langue bretonne.

En 2016 également, la chanson Gortoz a ran de Denez est utilisée dans la B.O. d'un des épisodes de la célèbre série américaine South Park (5 Emmy Awards).

Peu après la tournée de l'album Ul liorzh vurzhudus qui remporte un vif succès, Denez sort septième album et son deuxième live intitulé A-unvan gant ar stered - In unison with the stars accompagné par un DVD du concert donné au Zénith de Caen lors des Breizh Night 2016 (captation Paris Première).

En 2018, Denez collabore avec le grand organiste suédois Gunnar Idenstam (prix international de Chartres) à la cathédrale Saint-Maurice d'Angers (Le Printemps des Orgues) ainsi qu'avec l'Orchestre Symphonique de Bretagne pour plusieurs concerts (Salle Les Jacobins à Rennes, Festival Étonnants Voyageurs à Saint-Malo...)

En 2018, un portrait lui est consacré dans un film de 52 minutes, Denez, Le chant magnétique, produit par France Télévision et Mille-et-Une-Films et sorti en DVD la même année.

En 2019, Denez sort son huitième album Mil hent - Mille Chemins entièrement constitué par ses compositions et mêlant sonorités acoustiques et électroniques avec pour invités le pianiste virtuose Yann Tiersen, l'accordéoniste Fred Guichen figure majeure de la musique à danser (groupe Ar Re Yaouank) et le célèbre sonneur de Uilleann Pipe Ronan Le Bars.

Ce disque recevra le « Prizioù » du meilleur album de l’année par France 3 Bretagne et sera sélectionné par France Musique comme l’un des sept meilleurs albums de leur play-list.

En 2019 également, Denez publie Kañv un recueil de poésies en langue bretonne traduites en français (éditions Skol Vreizh).

En 2020, le titre Gortoz a ran est une nouvelle fois utilisée au cinéma et apparait cette fois dans la célèbre série américaine Hawaii 5-0.

Cette même année l'artiste sort son neuvième album Denez Teknoz Projekt, un live enregistré en one shot à Yaouank - Le plus grand fest-noz de Bretagne mêlant chants traditionnels à danser et musique Techno.

Un nouvel album est en cours de préparation pour une sortie prévue en 2020…

 

Denez est aujourd’hui l’artiste de Bretagne le plus écouté sur internet (près de 50 millions de vues sur YouTube, 90 000 followers / mois …).

Préface

En préparant cette intervention je me suis dit, tiens ! Voilà encore la ville de Carhaix qui revient dans mon chemin de vie et pour le meilleur comme à chaque fois.

C’est en effet à Carhaix que j’ai chanté en Kan-ha-Diskan dans mes premiers fest-noz avec Alain Leclère originaire de Maël-Carhaix.

C’est à Carhaix aussi que j’ai connu Eugénie une des légendaires Soeurs Goadeg qui m’a transmis chez elle, à côté du pont pas très loin d’ici, la gwerz magnifique E ti Eliz Iza que j’interprète toujours en concert.

C’est à Carhaix à nouveau que j’ai enseigné le breton au collège Beg Avel et au Lycée Paul Sérusier pendant trois ans, une expérience dont je garde un souvenir inoubliable.

C’est ici aussi que j’ai eu la chance d’être invité à trois reprises aux « Vieilles Charrues » (sur la grande scène, marplij !)

C’est à Carhaix encore que j’ai été invité à chanter dans l’espace culturel « Glenmor ». Une première fois avec ma formation de musiciens et une seconde avec l’Orchestre Symphonique de Bretagne.

Et m’y voici une fois de plus pour représenter le 31ème festival du livre et c’est pour moi un grand honneur que me font les organisateurs et je les en remercie très chaleureusement.

Pour dire vrai, je n’ai découvert le salon qu’il y a deux ans quand je suis venu dédicacer mon premier livre Kañv sorti aux éditions Skol Vreizh.

Je me souviens avoir eu du mal à me garer. Je me suis dit qu’il devait y avoir certainement un concert de Céline Dion dans les environs…

Et quand je suis rentré dans l’espace où se trouvaient les stands de livres, tous alignés les uns à côté des autres un peu comme les danseurs d’une interminable dañs fisel, les bras m’en sont tombés.

J’avais bien sûr entendu parler du salon du livre de Carhaix mais je ne m’imaginais pas qu’il était aussi important.

C’était rempli de monde, de jeunes et de plus âgés, de gens venus des quatre coins de la Bretagne et de plus loin aussi, qui parlaient haut et fort en français et aussi en breton et cela m’a fait chaud au cœur. J’ai alors pris conscience de l’importance de cet événement et plus largement de la place qu’occupe l’édition en Bretagne.

Je savais bien sûr que la Bretagne était un des endroits en Europe où l’on comptait le plus de musiciens au kilomètre carré (ou parfois même au mètre carré lorsqu’on se retrouve notamment avec un bagad sur scène :-), et je me suis rendu compte alors que dans le domaine du livre c’était aussi une terre qui foisonnait d’auteurs, d’illustrateurs, de peintres, de photographes et par la même d’éditeurs et cela n’a fait que me conforter dans cette idée que la Bretagne n’est pas une région lambda de France (où ce qu’il en reste) mais qu’elle est bel et bien un pays à part entière, un pays d’Europe, un pays du monde, d’une immense richesse culturelle, et qu’elle n’avait, à vrai dire, jamais cessé de l’être.

Alors puisque le festival du livre de Carhaix a pour thème cette année « la poésie », je finirai par ces quelques citations de la poétesse Georges Sand. Elle disait ainsi, après avoir lu le Barzaz Breiz qui illustre merveilleusement le mariage du chant et de la poésie bretonne, domaine dans lequel je baigne depuis de nombreuses années maintenant et qui me vaut l’honneur d’être ici avec vous aujourd’hui :

« La Bretagne est à la hauteur de ce que le génie poétique des plus grands poètes et celui des nations les plus poétiques n’ont jamais produit : nous oserons dire qu’elle le surpasse... Le Tribut de Nominoé (pour exemple) est un poème, plus grand, plus beau qu’aucun chef-d’œuvre sorti de l’esprit humain. En vérité, tous ceux qui tiennent une plume ne devraient rencontrer un breton sans lui ôter son chapeau ! ».